Agriculture Veille

La jute, une fibre écologique valorisée par une entreprise française au Bangladesh

Surnommée la « fibre d’or », la jute figure parmi les fibres naturelles les plus longues et les plus utilisées et se retrouve dans de nombreux textiles, notamment pour la fabrication de sacs. Extraite de l’écorce du jute blanc, qui prospère dans les zones tropicales à faible altitude, elle est peu gourmande en pesticides et en engrais et est totalement dégradable et recyclable. Avec un rendement de deux tonnes de fibre sèche par hectare, elle est l’une des fibres naturelles les moins chères à produire. Pour encourager son usage et les innovations dans sa culture, le Fonds commun pour les produits de base promeut au Bangladesh plusieurs projets visant à renforcer les capacités des producteurs de jute et à soutenir la diversification du secteur. Ce pays représente en effet 30 % de la production mondiale. Une société française, CMF, a d’ailleurs remporté un appel à projets pour la réalisation de serres favorisant la recherche sur la jute. Ces serres de recherche répondent à un cahier des charges scientifique strict et bénéficient des dernières technologies et innovations dans leur domaine. La serre de 200 m² au service du centre de recherche du jute de CMF, installée au Bangladesh, comporte six cellules de 25 m² permettant de reconstituer six climats différents et un couloir de distribution. La gestion des climats intérieurs fonctionne à l’aide d’équipements centralisés par ordinateur (écran thermique et d’ombrage, brumisation et goutte à goutte). Un succès français qui pourrait permettre de favoriser la production de cette fibre écologique et le développement d’un pays comme le Bangladesh.

À propos de l'auteur

Green Innovation

Green Innovation

Créé en 2013, le magazine Green Innovation est réalisé par des professionnels passionnés, issus d’horizons variés mais tous spécialistes des questions scientifiques, technologiques et environnementales. Océanologues, climatologues, biologistes, géographes ou économistes, tous sont animés par le même désir : faire partager un savoir souvent maltraité par les grands médias généralistes, tout en insufflant une vision positive du progrès et de la société.