Mobilité Veille

Des routes connectées pour recharger sa voiture électrique en roulant

Une étude publiée dans Nature et menée par une équipe de recherche de la Stanford University rapporte qu’un nouveau système d’alimentation sans fil pourrait permettre de recharger son véhicule pendant qu’il est sur la route. Les chercheurs ont adapté un concept de la physique quantique pour concevoir un chargeur sans fil doté d’une propriété unique : adapter automatiquement la fréquence des ondes radio, qui transmettent l’électricité, à la distance qui sépare l’émetteur de l’appareil. Le test réalisé a permis de transmettre 100 % de la charge jusqu’à 70 cm, une distance appropriée puisque le soubassement d’une voiture se trouve à environ 20 cm de la surface de la route. Le problème des chargeurs sans fil actuels est la forte perte d’efficacité lorsque l’appareil se trouve trop loin ou trop près du chargeur. Cela repose sur le principe qui consiste en un émetteur et en un récepteur qui communiquent entre eux via certaines fréquences d’ondes radio. La fréquence optimale de ces ondes dépend de la sensibilité de l’équipement, de la distance entre l’émetteur et le récepteur, et de l’orientation de l’un par rapport à l’autre.
La technologie de l’équipe de Stanford permet de créer un système de charge sans fil n’utilisant pas de source d’ondes radio ni d’adaptateur et fonctionnant même si la distance entre les bobines d’induction varie. Ainsi, au lieu d’utiliser des ondes radio pour exciter les électrons au niveau de l’inducteur, ils amplifient l’énergie électromagnétique de la bobine. L’application de la symétrie CPT permet alors de sélectionner automatiquement la fréquence résultant en un maximum d’énergie transférée. Un concept prometteur qui nécessite encore quelques optimisations avant de voir le jour sur le marché.

À propos de l'auteur

Green Innovation

Green Innovation

Créé en 2013, le magazine Green Innovation est réalisé par des professionnels passionnés, issus d’horizons variés mais tous spécialistes des questions scientifiques, technologiques et environnementales. Océanologues, climatologues, biologistes, géographes ou économistes, tous sont animés par le même désir : faire partager un savoir souvent maltraité par les grands médias généralistes, tout en insufflant une vision positive du progrès et de la société.